Home Humeurs de maman Comment informer son enfant avant une hospitalisation ? L’association Sparadrap

Comment informer son enfant avant une hospitalisation ? L’association Sparadrap

by Allychachoo
informer enfant avant hospitalisation opération association Sparadrap

Vous le savez, depuis qu’il est tout bébé, mon petit chat a passé du temps à l’hôpital. Beaucoup trop de temps, beaucoup trop d’examens, beaucoup trop de rendez-vous. Mais c’est comme ça, et malheureusement ce sera encore le cas pour les années à venir. “Aller à l’hôpital” est donc une activité relativement banale pour lui. Et si du coup il n’appréhende pas vraiment tout cela d’une manière négative et qu’il n’a pas du tout peur des blouses blanches, je me pose toujours la question de savoir comment le “préparer” avant chaque rendez-vous ou intervention.

Je trouve que c’est toujours compliqué de savoir comment gérer ces moments délicats. Même s’il semble toujours bien prendre les choses, il y a quand même des moments plus ou moins drôles que d’autres. Et surtout, il y a mon propre stress qui vient se rajouter à tout ça. Quand il était tout bébé, j’ai pas mal verbalisé avec lui certaines choses, je me suis beaucoup excusée auprès de lui qu’il ait tout ça à subir, je lui ai promis que bientôt ce serait derrière nous. Mais à côté de ça, pour les examens en eux-mêmes, je ne savais pas toujours quoi dire, déjà car j’étais souvent prévenue peu de temps avant, et même je ne savais pas moi-même en quoi consistait ces examens donc c’était dur. Mais il était si petit…

Maintenant qu’il grandit, je préviens à l’avance quand on va voir un docteur, pas trop longtemps à l’avance, je ne rentre pas dans les détails, mais je lui dis toujours. Il ne parle pas encore parfaitement, ne m’exprime pas toutes ces émotions, mais je sais qu’il comprends tout donc c’est important pour moi de lui dire ce qui va se passer. Par rapport à son opération du crâne, les choses ont été plus compliquées : le diagnostic a été précipité, nous étions perdus, et je me suis retrouvée assez démunie face à mon petit bonhomme. J’en avais parlé sur mon compte Instagram pour avoir notamment des conseils de livres, vous avez été nombreuses à me conseiller, je vous remercie ! Je me suis tournée vers L’hôpital de Mes p’tits docs, ainsi qu’un classique P’tit loup va chez le docteur.

Malgré tout, ça n’a pas été facile de trouver la juste mesure, et même pour la suite c’est un ajustement permanent. Je me suis rendue compte durant cette épreuve que mon petit chat si confiant habituellement était sûrement stressé par mon attitude : soit je ne lui disais pas assez, soit je lui disais trop (j’avais lu le fameux livre tous les soirs = beaucoup trop !). Si je suis convaincue des bienfaits de lui expliquer et de le préparer, ce n’est pas évident pour un parent.

Les effets “désirables” de l’information des enfants

Suite à l’opération de mon petit chat, j’ai été contactée par l’association Sparadrap, qui milite pour l’information des enfants avant un soin, un examen, une hospitalisation. Je ne connaissais pas, ils ont proposé de m’envoyer certaines de leurs brochures, et quand je les ai reçu je me suis rendue compte que c’était eux qui avait édité le petit prospectus “Je vais me faire opérer” qui m’avait été donné par une des personnes de l’équipe médicale, et que j’avais trouvé top ! C’est une cause qui me tient à cœur, donc j’ai eu envie de vous en parler ici.

C’est intéressant de se dire qu’une telle association existe, car malheureusement on se rend compte quand on fréquente beaucoup les hôpitaux que la manière d’aborder les choses change beaucoup la façon dont on va le vivre. C’est vrai pour les adultes, je pense qu’on a tous des expériences compliquées avec le milieu médical, mais je peux vous dire que ça l’est d’autant plus avec les enfants. Parce que l’émotionnel prends une place totalement primordiale, parce qu’on se rends compte qu’au final on ne lui demande jamais son avis alors que c’est lui le patient, et qu’en tant que tel il a des droits et notamment celui de savoir ce qui va lui arriver.

L’association Sparadrap existe depuis 25 ans, et elle poursuit 3 objectifs majeurs :

  • Mieux informer et préparer l’enfant et ses parents à un soin, un examen, une hospitalisation.
  • Éviter et soulager la douleur de l’enfant par tous les moyens possibles.
  • Valoriser le rôle des proches auprès de leur enfant dans le cadre des soins.

Ils éditent un grand nombre de documents pour aborder la question des soins hospitaliers, des guides, des fiches pratiques dédiées à des examens ou des situations particulières, des posters, des DVD… Pour mon petit chat, j’avais donc eu l’occasion avant son opération de pouvoir feuilleter avec lui “Je vais me faire opérer”. Il est très complet, avec des dessins simples, et du coup je pense qu’on peut bien adapter en fonction de l’âge de l’enfant et du type d’opération. Je ne lui ai pas absolument tout lu car il n’a que 4 ans et certaines choses rentrent vraiment dans le détail, mais j’ai eu l’impression que ça l’aidait. Par contre, je dois dire que c’est surtout après l’opération qu’on l’a regardé, avant ça a été un peu trop anxiogène pour lui. Là en ce moment j’ai reparlé avec lui d’IRM car il en a repassé un récemment, et c’est un examen que je trouve très dur car impressionnant, et du coup je m’inspire de la fiche pratique sur le sujet. Dans quelques temps on va aller voir l’ophtalmologue, donc on va regarder ensemble le guide “Je vais chez le docteur des yeux”, et je garde aussi précieusement le guide “J’ai une maladie grave” car je le trouve très bien et il me sera sûrement utile pour la suite. Il existe beaucoup de documents différents, disponibles sur leur boutique, et tout est disponible pour les professionnels, mais aussi pour des particuliers.

Je voulais vous montrer un peu plus en détail ces brochures, je pense que je ferais des stories sur Instagram que je mettrais à la Une si cela vous intéresse. Peut-être que cela pourra vous montrer ce qui existe, et surtout diffuser l’existence de cette association qui je trouve fait un travail formidable.

Comment gérez-vous l’approche des rendez-vous médicaux avec vos enfants ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

10 comments

Camomille 21 janvier 2019 - 20 h 12 min

Un peu comme toi : je préviens le plus tard possible mais suffisamment en amont pour qu’il est le temps d’appréhender ce qu’il va se passer. Et justement je lui dis ce qu’il va se passer. Si on n’y va « que pour discuter » ou s’il y aura des piqûres. Et j’essaye de lui expliquer avec les vrais mots ce pour quoi on y va (« tu as un strabisme, l’ophtalmo va regarder tes yeux pour voir comment on peut t’aider » par ex)

Reply
Allychachoo 29 janvier 2019 - 16 h 52 min

Oui, j’essaye d’utiliser les vrais mots aussi, mais pas quand c’est très complexe j’avoue… Je ne sais pas trop quoi en penser, jusqu’où aller dans les détails ? Je m’interroge toujours beaucoup sur ça…

Reply
Justinz 21 janvier 2019 - 21 h 07 min

C’est toujours compliqué quand effectivement, tu ne sais pas ce qu’il va se passer pour ton enfant. On va à l’hosto, tu vas voir dix médecins et on verra. Euh… Je vais regarder le site de l’association ça me semble bien utile!

Reply
Allychachoo 29 janvier 2019 - 17 h 07 min

C’est ça, en plus des fois même nous on ne sait pas exactement ce qui va se passer… C’est bête à dire, mais on devient + aguerri avec l’habitude aussi…

Reply
petitsruisseauxgrandesrivieres 22 janvier 2019 - 0 h 13 min

Je n’ai pas été confrontée à des opérations graves comme toi, mais à chaque fois que mes enfants ont du aller à l’hôpital, j’ai essayé d’expliquer le plus simplement possible, et le plus en vérité possible. Après j’ai la chance de ne pas être très stressée de nature pour les soins et d’avoir confiance dans le corps médical, du coup je n’ai pas une grosse appréhension. Mais en même temps je n’ai pas vécu ce que tu traverses avec ton petit. Pour moi la chose que j’avais vécue le plus difficilement avait été de devoir laisser mon bébé de 10 jours à l’hôpital pour aller m’occuper de son « grand frère » de 20 mois, qui ne comprenait pas pourquoi j’était retournée à la maternité et le vivait très mal. Et réciproquement, c’était très dur de laisser mon gros bébé qui hurlait à la mort derrière la porte à chacun de mes départs… Un mauvais souvenir, qui me permet d’approcher de très, très loin ce que tu vis courageusement au quotidien depuis 4 ans.

Reply
Allychachoo 29 janvier 2019 - 17 h 10 min

Oui, je ne suis pas une grande stressée de base non plus pour toutes ces questions, mais c’est vrai qu’il y est allé tellement de fois à l’hôpital que j’appréhende différemment pour lui, et puis surtout je « m’en veux » de l’emmener si souvent même si on n’y peut rien. C’est dur d’avoir à se couper en 2 oui, l’année dernière nous avons enchaîné plusieurs jours d’hospitalisation pour nos petits, d’abord l’un puis l’autre, et le grand à la maison, c’était vraiment dur à gérer !

Reply
Elisa 22 janvier 2019 - 12 h 54 min

Contente de voir que ça évolue avec l’édition de livres pour enfants. Ce n’est jamais facile mais si on peut s’appuyer sur un support pour nous aider à traverser tout ça, c’est déjà ça.

Reply
Allychachoo 29 janvier 2019 - 17 h 12 min

Totalement, nous on se sert toujours beaucoup des livres pour parler des situations du quotidien et là ces prospectus sont vraiment bien adaptés. Dans les livres, les p’tits docs sont vraiment cools !

Reply
3 kleine grenouilles 22 janvier 2019 - 14 h 44 min

Merci pour toutes ces infos ! Je vais regarder attentivement leurs brochures et très probablement faire une commande. Sujet d’actualité… puisque nous sommes à l’hôpital depuis hier… mais on devrait sortir ce soir.
Dans notre cas, c’est plutôt les deux grands qui sont demandeurs d’infos. J’explique à la petite ce qui va se passer (quand je sais) et de toute façon, elle hurle et se débat dès qu’un médecin s’approche car elle a développé une vraie phobie. Elle est extrêmement méfiante avec les adultes inconnus et montre bien sa « distance de sécurité ».
Bref, on attend le prochain examen.

Reply
Allychachoo 29 janvier 2019 - 17 h 13 min

Ô zut, c’est dur oui, pas facile pour les enfants de réagir face à tous ces médecins, j’ai entendu dire que c’était assez courant malheureusement de développer des peurs des blouses blanches, pas évident…

Reply

Répondre à Camomille Cancel Reply